Consulat général d'Australie
Nouméa
Nouvelle-Calédonie, Polynésie française, Wallis et Futuna

Ella, la ballerine aborigène qui a inspiré les Calédoniens

 
Ella devant les cases du centre culturel Jean-Marie Tjibaou.

Au mois d’août, de nombreux Calédoniens ont pu échanger avec Ella Havelka, la première danseuse aborigène à intégrer le prestigieux Australian Ballet. Le destin de cette jeune femme n’est pas juste une « success story », car sa réussite a été accompagnée d’efforts mais aussi de doutes. Exactement le genre d’histoire qui peut créer l’inspiration. Tout en coïncidant avec le thème choisi cette année pour la NAIDOC Week, semaine qui met en valeur les peuples autochtones australiens : « grâce à elle, nous pouvons », axé sur le rôle moteur des femmes autochtones.

De Koné à Nouméa en passant par Ouvéa
Des élèves, des femmes kanak leaders, des danseurs et danseuses ont pu la rencontrer, dans le Nord et le Sud de la Grande Terre et à Ouvéa, au cours de projections du documentaire qui lui a été consacré ou pendant des ateliers. Ils ont trouvé une résonnance dans le parcours d’Ella, une jeune femme qui a grandi à Dubbo, une bourgade des Nouvelles Galles du Sud et qui est issue du peuple Wiradjuri. D’autant plus qu’elle était accompagnée de sa mère Jana, qui l’a élevée seule et affiche elle aussi une forte personnalité. Cette dernière a d’ailleurs pu évoquer la « génération volée » du peuple aborigène, dont sa mère et sa tante ont fait partie.


Ella et l'équipe du consulat avec les participantes de l'atelier de femmes leaders.